Plus de 100 Chrétiens ont été tués en afrique. Les autorités aux yeux fermés.

Un massacre contre les chrétiens a eu lieu au Mali, le septième plus grand pays d’Afrique, il semble avoir été étouffé par les grands médias ces derniers jours. Plus de 100 disciples de Jésus-Christ ont été assassinés, soi-disant par un groupe de l’ethnie peul, pratiquants de l’Islam.

Plus de 100 Chrétiens ont été tués en afrique. Les autorités aux yeux fermés.
Plus de 100 Chrétiens ont été tués en afrique. Les autorités aux yeux fermés.

Le massacre des chrétiens a eu lieu dans le village ethnique Dogon de Sobane, dans la région centrale de Mopti, au Mali. Des témoins locaux ont déclaré qu’un groupe d’au moins 50 hommes entouraient le site, équipés de véhicules et d’armes à feu.

L’agence de presse internationale France 24 a rapporté que 95 personnes sont mortes. Les autorités ont trouvé plusieurs corps carbonisés sur le site. Après la visite du Président du Mali, Ibrahim Boubakar Keita, et de l’Archevêque de Bamako, un témoin a rapporté que tous les morts étaient chrétiens.

Nombre de chrétiens tués

Le nombre exact de morts est de 105, ce qui est tellement absurde qu’il attire l’attention sur le fait que quelque chose de terrible de cette nature n’a pas fait les gros titres des journaux du monde entier.

« Toutes les victimes de l’horreur et de la barbarie nous rappellent la responsabilité qui nous incombe, en tant que dirigeants, de renforcer et d’accélérer les efforts politiques, économiques et sécuritaires en faveur de la paix et de la réconciliation », a déclaré le Premier ministre Boubou Cisse, qui a visité le village et rendu hommage aux « victimes innocentes de discorde et de haine ».

La région est marquée par des affrontements ethniques, qui impliquent également des conflits fonciers. Cependant, le contexte religieux qui prévaut dans la motivation des attaques contre les chrétiens, comme indiqué dans de nombreux autres pays similaires comme le Nigeria et le Niger, où les radicaux des Peuls et des Boko Haram sont désignés comme les principaux coupables.

« Une cinquantaine d’hommes lourdement armés sont arrivés avec des camionnettes et des motocyclettes et, d’abord, ont encerclé le village, puis ont attaqué. Tous ceux qui ont tenté de s’échapper ont été tués. Personne n’a été sauvé – femmes, enfants, vieillesse », a déclaré un autre témoin.

Laisser un commentaire