Louange à Dieu en plein air, après les maisons détruites par le cyclone

Le cyclone Idai, qui a dévasté trois pays africains il y a dix jours, ainsi que le Mozambique, le Zimbabwe et le Malawi, est l’une des pires catastrophes naturelles de l’histoire du continent, a déclaré mardi le Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres (26). Malgré cela, une chose que la terreur causée par le cyclone n’a pas détruite : la foi en Dieu !

Louange à Dieu en plein air, après les maisons détruites par le cyclone

Les chiffres sont choquants. Le président du Mozambique, Philip Nyusi, pense que les morts vont au-delà de la maison de 1000, mais officiellement plus de 750 ont été enregistrés, selon le Correio. et au moins 110.000 sans-abri.

Ces chiffres sont toutefois des estimations préliminaires, car de nombreuses régions n’ont pas été traitées de toute urgence et les données dans ces domaines n’ont pas encore été calculées.

En plus des morts immédiates et de la destruction des infrastructures locales, une autre menace de la catastrophe est l’épidémie de choléra, qui a déjà été confirmée par les autorités sanitaires locales, selon Agência Brasil.

Malgré tout, la foi des habitant est grande, ils font des louanges dans les restes des temples et même dans les rues détruites par le cyclon.

Laisser un commentaire