Le Pape François tient un sommet sur les abus sexuels pour « mettre fin au mal de l’Eglise ».

Au milieu du scandale qui les accompagne toujours, le Pape François commence « Le Sommet sur les abus sexuels », où, selon son but, il s’agit de combattre les cas d’abus sexuels où sa propre église a été impliquée tant de fois, et ainsi « mettre un terme » à cette crise qui affecte son image.

Le Pape François tient un sommet sur les abus sexuels pour « mettre fin au mal de l’Eglise ».

« La Protection des mineurs dans l’Eglise » est un sommet qui a commencé jeudi, où plus de 200 responsables d’Eglise du monde entier seront présents et ont prévu de conclure le dimanche ; François a imploré les responsables catholiques de lutter contre « ce mal qui frappe l’Eglise et l’humanité ».

« Je voulais vous consulter, vous les patriarches, les cardinaux, les archevêques, les archevêques, les évêques, les supérieurs et les chefs religieux, afin qu’ensemble nous puissions écouter l’Esprit Saint et, dans la docilité à sa direction, entendre le cri des petits qui défendent la justice. Je voulais vous consulter, vous les patriarches, les cardinaux, les archevêques, les archevêques, les évêques et les supérieurs et chefs religieux, pour qu’ensemble nous puissions écouter l’Esprit Saint et, dans la docilité à votre guide, entendre le cri des petits défenseurs de la justice », dit le pontife.

« Je voulais vous consulter, vous les patriarches, les cardinaux, les archevêques, les archevêques, les évêques, les supérieurs et les chefs religieux, afin qu’ensemble nous puissions écouter l’Esprit Saint et, dans la docilité à sa direction, entendre le cri des petits qui défendent la justice. Que l’Esprit Saint nous soutienne tout au long de ces jours et nous aide à transformer ce mal en une occasion de conscience et de purification », a-t-il poursuivi.

Dans l’ordre du jour de la rencontre, il était prévu que plusieurs témoignages de personnes abusées par le clergé soient présentés devant l’auditoire, « La première chose qu’ils ont faite a été de me traiter comme un menteur, de me tourner le dos et de me dire que moi, et d’autres, étions ennemis de l’Église. Ce schéma n’existe pas seulement au Chili… Il existe dans le monde entier, et cela doit cesser », a déclaré la personne anonyme du témoignage enregistré et envoyé du Chili.

Cet événement est déclenché par la situation exposée d’abus sexuels de plus de 1 000 enfants alors que la haute hiérarchie de l’église de Pennsylvanie les a couverts, ce qui a provoqué l’indignation de son peuple et a donné lieu à une enquête approfondie impliquant 301 prêtres dans un rapport de 1 300 pages.

Laisser un commentaire