Des pays européens, avec l’aide des chrétiens, s’allient pour criminaliser la prostitution

De nouvelles stratégies sont lancées pour sanctionner le paiement de la prostitution en Europe, la Suède et la France y travaillent, car elles adaptent le modèle nordique en termes de société, ce qui permettrait d’éradiquer la prostitution dans les deux pays.

Des pays européens, avec l’aide des chrétiens, s’allient pour criminaliser la prostitution

Le modèle nordique est utilisé dans des pays comme le Danemark, la Norvège, la Finlande et l’Islande pour financer et organiser leurs systèmes de sécurité sociale, leurs services de santé et leur éducation ; la Suède, qui est en tête de liste des pays, travaille avec la France pour sanctionner ceux qui ont recours au « sexe payé » et combattre ainsi l’exploitation des femmes, car 85% de sa population est affectée par la traite des personnes.

Cette loi a permis aux femmes d’avoir une résidence temporaire tout en obtenant un emploi de la prostitution ; c’est pourquoi ces nations se sont unies pour persuader d’autres pays d’adopter le modèle nordique et ainsi s’opposer à la sexualisation des filles et des femmes.

« Les gouvernements français et suédois sont fiers d’annoncer leur décision commune d’élaborer une stratégie commune de lutte contre la traite des personnes à des fins d’exploitation sexuelle en Europe et dans le monde », a déclaré le Ministère des affaires étrangères des deux pays lors de la Journée de la femme.

La France et la Suède ne font pas de place à la criminalisation de la prostitution : « La traite à des fins d’exploitation sexuelle se poursuivra tant qu’il y aura une demande de filles et de femmes mineures dans la prostitution. Par conséquent, se concentrer sur la réduction de la demande sera une mesure importante pour lutter contre la traite à des fins d’exploitation sexuelle, pour combattre la violence à l’égard des femmes et des enfants et pour améliorer l’égalité des sexes », a déclaré la déclaration.

Par ces actions, ils cherchent à considérer la prostitution comme l’exploitation des femmes et non comme un travail comme en Allemagne et aux Pays-Bas. « Considérer la prostitution comme un ‘travail du sexe’ légal, dépénaliser l’industrie du sexe en général et rendre le recrutement légal n’est pas une solution pour protéger les femmes et les enfants en situations vulnérables contre la violence et l’exploitation, mais a l’effet contraire et les expose à une violence accrue, en encourageant le marché de la prostitution, et donc le nombre des femmes et enfants qui souffrent, selon le document ».

Les chrétiens des deux pays ont rejoint les organisations européennes de lutte contre la traite des êtres humains à Berlin, car ils veulent rendre justice et aider les victimes dans une perspective chrétienne.

Laisser un commentaire