Au moins 49 morts dans l’attaque de deux mosquées néo-zélandaises.

8

En Nouvelle-Zélande, au moins 49 personnes sont mortes dans l’attaque de deux mosquées de la ville de Christchurch, selon le Premier ministre du pays. Actuellement, quatre personnes sont détenues – trois hommes, dont un Australien, et une femme – en relation avec l’attaque que le Premier ministre a qualifiée d’« attaque terroriste ». Des engins explosifs qui ont été neutralisés ont été trouvés dans leurs véhicules.

Au moins 49 morts dans l’attaque de deux mosquées néo-zélandaises.

Le Premier ministre l’a qualifié d’« attaque terroriste ». Quatre personnes (trois hommes et une femme) ont été arrêtées. Des engins explosifs ont été trouvés dans leurs véhicules.

Les autorités ont indiqué qu’au moins 7 personnes sont mortes dans la mosquée de Lindwood et 41 autres dans celle d’Al Noor. Une autre personne est morte plus tard dans un hôpital de la ville. Selon le bilan de l’hôpital de Christchurch, il y a 48 personnes blessées par balle, dont des enfants. « Les blessures vont de graves à mineures », ont déclaré les autorités sanitaires de Canterbury, la région où se trouve Christchurch, dans un communiqué.

« Nous avons quatre personnes en garde à vue. Nous ne pouvons pas supposer qu’il n’y en a pas d’autres qui ont fui », a déclaré Mike Bush, chef de la police néo-zélandaise.

L’une des fusillades a été diffusée en direct sur les réseaux sociaux. Ces images montrent comment un individu entre dans le centre de culte et commence à tirer sans discernement. On peut aussi le voir sortir de la mosquée par la porte principale et se diriger vers la rue, tirant sur plusieurs personnes au hasard jusqu’à ce qu’il atteigne son véhicule.

Le nom de Josué Estébanez figure sur l’un des magazines de l’arme utilisée dans l’attaque. Le soldat néo-nazi, originaire de Galdakao, a été condamné pour le meurtre du militant antifasciste Carlos Palomino dans le métro de Madrid en 2007.

Après l’attaque des deux mosquées en début d’après-midi, la police néo-zélandaise a fait exploser deux sacs de manière contrôlée à Auckland, dans l’île du Nord. Les agents ont indiqué que les sacs, trouvés à la gare Britomart d’Auckland, ne contenaient que des matériaux de construction.

Laisser un commentaire