ALARMANT ! Un père dénonce YouTube, WhatsApp et l’État français pour le suicide de son fils après avoir joué au Momo Challenge.

92

Lundi, un père français a dénoncé YouTube, WhatsApp, un site de rencontre pour adolescents et l’État français pour avoir « mis en danger la vie d’autrui » après la mort de son fils de 14 ans à la mi-octobre. Le procureur de la République de la ville occidentale de Rennes, Nicolas Jacquet, a confirmé que la plainte a été déposée auprès de la gendarmerie.

ALARMANT ! Le père dénonce YouTube, WhatSapp et l’État français pour le suicide de son fils après avoir joué au Momo Challenge.

Retrouvé mort dans sa chambre dans la maison de ses parents, pendu à la ceinture de son kimono, Kendal, un garçon intégré et plein de projets, ne se serait pas suicidé, selon sa famille, mais quelqu’un l’aurait surpris dans le jeu Internet Momo Challenge. Accessible via la messagerie instantanée de WhatsApp, ce jeu macabre menace ses participants en les incitant à commettre des actes dangereux pouvant entraîner la mort.

« J’accuse YouTube, Whatsapp et rencontre-ados.com de ne pas protéger les jeunes », a déclaré René Gattino. « Je pense que l’Etat n’a pas suffisamment pris en compte les dangers que ces sites représentent pour les jeunes ». « Quand c’est ton tour, tu ne comprends pas. Nous pensions pouvoir être tranquilles à la campagne, mais Internet est partout et cela ne garantit rien », dénonce-t-il. Malgré son âge, le jeune homme a pu s’inscrire sur rencontre-ados.com.

Par sa décision, la famille veut d’abord et avant tout alerter le public pour éviter, dit-il, la récurrence de drames similaires. « L’enquête et en particulier les enquêtes techniques tentent de déterminer les circonstances exactes de la mort », a déclaré le procureur.

Avant la rentrée scolaire, un membre du parti La République en Marche (LREM), Gabriel Attal, récemment nommé secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation, a adressé une question au ministre de l’Intérieur pour l’avertir des dangers du défi Momo. Il a souligné la « pression psychologique sur les plus jeunes », qui « les met en danger en les forçant à relever des défis de plus en plus dangereux ».

En 2017, la police française a mis en garde contre les risques d’un jeu similaire, le Blue Whale, qui obligeait les jeunes à affronter pendant 50 jours des défis de plus en plus dangereux jusqu’à la dernière étape : le suicide.

Laisser un commentaire